*
MontbaZine 2017






L'antenne : quelques faits !

Afin d'orienter la discussion sur l'antenne relais vers un domaine plus rationnel que sensoriel, je vous livre ici quelques éléments pour alimenter le débat.


L'antenne fait peur, mais qu'en est il vraiment ? Depuis quand sommes nous confrontés aux ondes, est ce un nouveau danger ou un simple effet "Nimnby" [1]. Quelles sont les données objectives sur les ondes électromagnétiques qui nous entourent dans notre quotidien.

Antenne danger... c'est la crise de panique du jour. Nombreux sont ceux qui cherchent à "prouver" la dangerosité des émissions d'une antenne relais de téléphonie. On à même trouvé un cancérologue, le professeur Dominique Belpomme qui a bombardé des heures durant un pauvre rat de laboratoire, dont on peut se demander si les séquelles trouvées dans son cerveau son dues au stress subi ou aux "ondes". Mais il-y-a la une erreur de démarche scientifique qui consiste à vouloir "démontrer" un danger plutôt que d'étudier les effets mesurables d'un phénomène sans idées préconçues.


Mais quelles sont donc les faits connus sur les ondes ?
  • En téléphonie on émet dans des fréquences allant de 900 Mhz à 1800 Mhz. Ces hautes fréquences permettent de transmettre à de grandes distances à très faible puissance [2]. Le seul inconvénient, et pas le moindre, c'est que ces ondes n'étant pas réfléchies dans la stratosphère comme les OM et GO des la radio d'antan. Elle se perdent donc au delà de l'horizon, elle émettent "à vue", raison pour laquelle les antennes relais doivent impérativement se trouver dans l'agglomération qu'elles sont sensées couvrir.

  • Les puissances des antennes relais d'environ 36 V/m (mesurées à côté de l'antenne) diminuent de façon exponentielle avec la distance, de façon qu'à une 30 de mètres les puissances mesurées ne sont plus que de quelques millivolts/mètre. En deçà ces antennes qui sont "directionnelles" transmettent à l'horizontale ce qu fait que les puissances mesurées au pied de l'antenne sont infimes.

  • Les radiofréquences sont elles dangereuses ? Oui elles peuvent l'être à de très grandes puissances car elles agissent sur les molécules d'eau en les chauffant. C'est le principe du four à micro-ondes qui muni d'un émetteur de très haute puissance à quelque 2000 Mhz, le magnétron [3], diffuse un signal de plusieurs centaines de watts qui à proximité de quelques centimètres chauffe des produits alimentaires grâce à leur teneur en eau. Le caisson à double paroi métallique est sensé nous protéger de ces émissions qui malgré tout nous entourent.

  • Les émetteurs domestiques à faible puissance, tels les téléphones sans fil, les téléphones portables, les box wifi, et blueray émettent dans le même spectre de fréquences que les antennes relais et leur puissance, minime, est des dizaines de fois supérieure à l'intensité du signal nous arrive d'une antenne relais située à une centaine de mètres. Le phénomène extraordinaire de la réception radiophonique est qu'un récepteur grâce à un circuit "résonnant" est capable de capter des signaux extrêmement faibles. C'est ainsi que nos satellites (avec des émetteurs de très faible puissance peuvent nous faire parvenir des signaux à des centaines de milliers de kilomètres de distance.

  • De nombreuse autres sources émettrices de radiofréquences nous entourent au quotidien et cela depuis toujours. Personne ne questionne par exemple l'impact d'une radio, d'un poste de télévision, de l'ordinateur, du moteur électrique d'un aspirateur, d'un transformateur ou des ampoules à basse consommation. Et bien, tous ces artefacts domestiques sont des grandes sources d'émission de radiofréquences pouvant aller à de puissances de plusieurs V/m. Mais étant d'abord très utiles, voir indispensables, personne ne s'est posé la question. C'est sur, une antenne relais est plus imposante et attire facilement l'attention.

  • Dans les villes les antennes étant beaucoup moins visibles et pourtant bien plus nombreuses attirent beaucoup moins l'attention du commun des mortels. Bien sûr il existe des groupes qui veulent coûte que coûte prouver leur nocivité, les "Robins du Toit" entre autres, sont particulièrement virulents, mais faut il se laisser convaincre par toutes le phobies qui se développent ci et là ou faut il ranger l'antennophobie avec les autre catégories phobiques... claustro, agora, pathophobie ?
Le principe de précaution est une invention politique visant à calmer la clameur populaire, Mais si vous "croyez",au danger des ondes comme on croit au diable, il ne vous reste plus que jeter vos téléphones, vos wifi, vos ordinateurs et... éteindre la lumière !

[1] Nimby est l?acronyme de l'expression "Not In My BackYard", qui signifie "pas dans mon arrière-cour". Le terme est utilisé généralement de manière péjorative pour décrire soit l'opposition de résidents à un projet local d?intérêt général dont ils considèrent qu?ils subiront des nuisances, soit les résidents eux-mêmes.

[2] À titre d'exemple un émetteur alimenté par deux piles d'1,5V avec une antenne de 50 cm de long, installé sur un toit peut sans problème couvrir l'ensemble du village.

[3] Magnétron : est un tube à vide auto-oscillant, utilisé d'abord dans les radars, il permet des montages simples, comme dans les fours à micro-ondes générer des émissions de l'ordre de quelques kW à 3 GHz. D'après la société ayant originellement breveté le four à micro-ondes, l'un de ses employés, alors qu'il travaillait à l'amélioration de la technologie radar, constata qu'une barre chocolatée posée à côté de l'antenne émettrice avait fondue.

Roberto Hamm MontbaZine (18-11-2015)


Cliquez pour donner votre avis