*
MontbaZine 2017






Déchéance de nationalité

Malgré les critiques de la gauche, le président François Hollande a finalement décidé ce mercredi de conserver la déchéance de nationalité dans son projet de révision constitutionnelle.

Dans la presse étrangère :
"François Le Pen" Tous ne vont pas jusqu?au titre choc du quotidien communiste italien Il Manifesto, mais plusieurs titres de la presse étrangère ont commenté, jeudi 24 décembre, la décision du président de la République d?inscrire dans la Constitution la déchéance de nationalité à l?encontre des binationaux nés français condamnés pour terrorisme.

Dans son édition européenne, le Wall Street Journal titre sur le "changement en France" provoqué par les attaques terroristes. Et le quotidien économique américain d?expliquer que le pays s?est vu forcé de "reconsidérer les principes qui soutiennent son identité nationale": après la volonté d?inscrire l?état d?urgence dans la Constitution, l?Etat français, "fondé sur la devise "Liberté, Egalité, Fraternité", s?adapte à la menace".

Parlant de cette mesure comme du résultat "des attaques de la droite contre les idéaux français" le site saoudien Arab News dénonce un "cadeau idéologique au Front national".

Le quotidien helvète Le Temps y voit "une erreur qui en dit long sur les fractures au sein du gouvernement français, et sur l?autorité contestée de François Hollande". En savoir plus sur : www.lemonde.fr

"Bienvenue en absurdie !" titre le journal Le Point "Le choix de Hollande de permettre l'adoption d'une loi prévoyant la déchéance de nationalité pour les terroristes est inique : elle sera inapplicable".

Dans le journal Le Monde on peut lire "La décision du chef de l?Etat a immédiatement suscité de très vives critiques. A droite, l?on dénonce un nouveau cafouillage gouvernemental et l?on demande la démission de la ministre de la justice, qui avait annoncé l?abandon de cette mesure avant d?être démentie de manière cinglante. A gauche, les communistes, les écologistes et bon nombre de socialistes fustigent le principe même d?une telle déchéance de nationalité ? unanimement condamnée par la gauche lorsque Nicolas Sarkozy, alors président, l?avait proposée, en 2010 ?, mais aussi son inefficacité et les calculs politiques qui l?inspireraient". En savoir plus sur www.lemonde.fr

L'élu girondin Jean-Marie Darmian "se met en congé" du PS 71 commentaires Publié le 24/12/2015 à 14h23, modifié le 24/12/2015 à 18h13 par Stella Dubourg La coupe est pleine pour Jean-Marie Darmian. Ténor du PS en Gironde depuis près de 40 ans, l'élu a décidé de quitter le parti suite à la proposition sur la déchéance de nationalité du Président de la République.

"Petit-fils et fils d?immigrés je ne supporte pas que l?on mette en cause un tant soit peu le droit du sol sans lequel ma famille m?aurait jamais pu construire ce que je suis devenu, sans lequel je ne serais jamais?socialiste. Tant que cette proposition émanant d?un Président et d?un gouvernement se réclamant d?idées humanistes ne sera pas rapportée je suspends mes 40 ans d?appartenance au PS. Et si cette mesure est adoptée, ce serait la fin du chemin pour moi et j?en tirerai les conséquences. Je sais que ça ne bouleversera pas les équilibres politiques girondins et que personne à Paris ne s?en émouvra mais au moins, je me regarderai dans la glace en me rasant..." peut on lire dans son blog intitulé Roue Libre".

"J'abandonne le champ de bataille. Je choisis d'être indépendant et ne plus avoir de comptes à rendre personne" explique l'élu, vice-président du Département de la Gironde et ancien maire de Créon, "Je vous annonce que dès aujourd'hui je me mets en congé du PS avec le sentiment que je ne peux plus rien apporter à l'actuel parti". Puis il ajoute : "Je ne supporte plus les gouttes successives accumulées ces derniers temps dans un vase qui vient de déborder. Je me retire donc avec mes regrets et mon passé. Je dirai que je suis de gauche par simple opposition au FN et à l'ex-UMP et je n'irai pas voir ailleurs".


Compilation de MontbaZine (25-12-2015)


Cliquez pour donner votre avis