*
MontbaZine 2017






ESI24 détecteur d'ondes
238 ?


CMO - oscillateur magnétique de compensation
119 ?


Protection spéciale femmes enceintes
69 ?

Bonnet anti-ondes
29 ?

Bracelet de protection
44 ?

Caleçon anti-ondes
24 ?

Peinture anti-ondes
200 à 400 ?




Marché des Ondes, un marché de dupes ?

La phobie des ondes électromagnétiques propagées par les antennes-relais, les téléphones portables, les Wi-Fi ou encore les fours à micro-ondes, a créé un marché florissant. Les offres d'appareils et gadgets voués à sa détection pullulent. Encore faudrait-il que leur efficacité soit prouvée.

Une rapide visite sur Internet permet de découvrir en quelques clics un invraisemblable bric-à-brac d'appareils et de produits destinés à détecter "l'électropollution" ou "l'électrosmog" et à s'en protéger. C'est ainsi qu'une grande marque de produits cosmétiques vante les mérites de son spray anti-ondes censé protéger la peau d'un vieillissement accéléré.
D'autres proposent, pour une dizaine d'euros, un patch à coller sur son téléphone portable pour chasser les ondes délétères. Il y a aussi la casquette "blindée" anti-ondes qui présente au moins l'avantage de se prémunir contre l'insolation (les rayons UV sont, eux, réellement cancérigènes?). Sauf qu'il vous en coûtera 60 ?. Et que dire du papier peint, des revêtements de fenêtre et même des draps anti-ondes vendus eux aussi à prix d'or. Sans oublier les fameux "oscillateurs magnétiques de compensation" et les détecteurs d'électricité "sale" ou de "champs bande large" (jusqu'à 695 ? !).

Certes, il serait mesquin de compter quand sa santé ou celle de ses proches est en jeu. Sauf que "l'efficacité de ces produits n'est pas démontrée", écrit l'Agence française de sécurité sanitaire de l'environnement (Afsset) dans les conclusions de son expertise collective en demandant que "l'efficacité des dispositifs "anti-ondes" soit évaluée et portée à la connaissance du public". Il serait temps. (Le Figaro).

La guerre des "pro" et "anti-ondes"
Entre les "pro" et "anti-ondes", la guerre fait rage. D'un côté, ceux qui se présentent comme les héritiers des Lumières et considèrent, à l'instar du professeur André Aurengo, 64 ans, membre de l'Académie de Médecine, que "le rayonnement des ondes électromagnétiques n'a aucune incidence sur la santé".Spécialiste de médecine nucléaire à la Pitié-Salpêtrière, il est catégorique : "Plus de trente études en double aveugle ont été menées dans le monde et, à chaque fois, il apparaît que les patients ne ressentent pas les effets des ondes. Les gens cherchent des explications à leurs maux sur internet et se raccrochent à l'électrosensibilité comme à une croyance."

A l'opposé, le professeur Dominique Belpomme, 70 ans, cancérologue, rejette ce procès en sorcellerie. Il considère que l'électrosensibilité fait partie des nouvelles maladies environnementales, au même titre que les pathologies dues à l'amiante, aux pesticides et autres perturbateurs endocriniens. Il a ouvert une consultation pour tous ceux qui ne trouvent aucune réponse à leurs souffrances, ses patients viennent de tout l'Hexagone et même de l'étranger. (Nouvel Obs)


Cliquez pour donner votre avis