*
MontbaZine 2017






   Illustration Sarah Fouquet


NBIC l?humanité de demain ?

Qu'est ce donc la tendance actuelle dans les sciènces ?
Les Nanotechnologies, Biotechnologies, Informatique et sciences Cognitives (NBIC) désignent le champ scientifique multidisciplinaire qui semble être le carrefour de la recherche dans lequel les scientifiques s'engagent aujourd'hui. Arte à diffusé mardi dernier un film nommé "Immortalité, dernière frontière" toujours visible sur www.arte.tv.

Voici quelques éclaircissements...


N (Nanotechnologies)
Les nanotechnologies, c'est la révolution technologique de l'invisible, puisqu?un nanomètre mesure un milliardième de mètre. C?est, comme toutes les révolutions technologiques, une révolution lente, née dans les années 1980 quand Gerd Binnig et Heinrich Rohrer ont inventé le microscope à effet de tunnel, un objet permettant de voir des atomes, de les toucher et de les déplacer, ce qui leur vaudra un prix Nobel en 1986.

C?est peut-être dans le domaine de la santé que les applications des nanotechnologies sont les plus spectaculaires. C?est un point que les nanotechnologies partagent avec la biologie moléculaire et, dans une moindre mesure, l?informatique et l?intelligence artificielle.

Les applications sont multiples : nanoprothèses, nanorobots chirurgicaux, nanomédicaments se dirigeant tout seuls dans le corps, nanocaméras pour remplacer l?endoscopie traditionnelle?

B (Biotechnologies)
Pour comprendre de quoi il s?agit, il est nécessaire de se replonger dans ce qui a fait notre joie ou notre désespoir de lycéens : qu?est-ce qu?une cellule ? Que sont les gènes ? Qu?est-ce que l?ADN ? À quoi servent les protéines ?

Le docteur Laurent Alexandre, qui est à l?origine du site internet doctissimo.fr, compare la cartographie du génome humain à la découverte de l?Amérique en 1492 : "Que faire de ce nouveau continent ? Quelles ressources en tirer ? Comment l?organiser ?" Laurent Alexandre rappelle qu?en 1980, aucun généticien ne pensait sérieusement qu?il serait un jour possible de lire le génome humain, c?est-à-dire l?ensemble de son patrimoine génétique contenu dans son ADN. Un premier génome humain a pourtant été partiellement séquencé en 2000 et une version définitive en 2003.

Ces perspectives sont fascinantes tant qu?elles restent éloignées de l?intégrisme génétique. L?immortalité n?est pas pour demain, notamment parce qu?on maîtrise encore mal les interactions entre l?expression des gènes et l?environnement. L?ADN demeure la source de notre identité biologique, mais l?expression des gènes diffère d?un individu à l?autre. La discipline qui étudie spécifiquement ce sujet, elle aussi en plein développement, est l?épigénétique.

I (Informatique)
La révolution informatique ne fait que commencer. Cela peut étonner car l?informatique a déjà envahi nos vies.

L?informatique va entrer dans l?âge mûr. Ses applications dans les domaines des nanotechnologies, du vivant et de l?intelligence artificielle vont être considérablement facilitées. Dans le domaine de la génétique par exemple, les séquençages, les diagnostics, voire les réécritures de génome nécessitent un nombre colossal de données et d?opérations. C?est grâce à la puissance informatique que, déjà, ces domaines ne sont plus l?apanage de la recherche fondamentale publique, mais des entreprises.

C (Sciences Cognitives)
Dans tous ces progrès, les êtres humains seront aidés, peut-être dépassés, par l?intelligence artificielle.
Les sciences cognitives regroupent un ensemble de disciplines scientifiques dédiées à la description, l'explication, et le cas échéant la simulation, des mécanismes de la pensée humaine, animale ou artificielle, et plus généralement de tout système complexe de traitement de l'information capable d'acquérir, conserver, utiliser et transmettre des connaissances. Les sciences cognitives reposent donc sur l'étude et la modélisation de phénomènes aussi divers que la perception, l'intelligence, le langage, la mémoire, l'attention, le raisonnement, les émotions ou même la conscience. Les sciences cognitives utilisent conjointement des données issues d'une multitude de branches de la science et de l'ingénierie, comme la linguistique, l?anthropologie, la psychologie, les neurosciences, la philosophie, l'intelligence artificielle... Nées dans les années 1950, les sciences cognitives forment aujourd'hui un champ interdisciplinaire très vaste, dont les limites et le degré d'articulation des disciplines constitutives font toujours débat.

Extraits d'un article de Nicolas Bouzou dans www.atlantico.fr et Wikipedia