*
MontbaZine 2017
















Fait culturel en boucle : Halloween

Qu?on s?en amuse ou que ça énerve, le fait est là. Depuis un peu plus d?une quinzaine d?années Halloween revient en France avec l?automne aussi sûrement que les feuilles mortes. Ce n?était pas le cas dans mon enfance ni dans celle de mes enfants. Et pourtant, ce n?est qu?un retour via l?Amérique du nord d?une très ancienne tradition des pays d?Europe. Le mot vient du vieil anglais : "All Hallows?eve" hallow, ancien mot pour "saint" ou "béni". "eve", la veille. C?est donc la célébration de la veille du jour de la fête de tous les saints : la Toussaint qui fut fixée au premier novembre par un Pape du VIII ième siècle. Comme presque toutes les traditions culturelles, les nouvelles se greffent sur les précédentes. Ainsi la fête continue !

Celle du Premier novembre existait déjà dans la culture celtique, associée à la disparition de l?été et de la lumière, à l?entrée dans la saison obscure symbole de la mort. Les rituels magiques avaient pour but de se concilier les esprits des défunts qui cette nuit-là sortent du Royaume des ombres et rendent visite aux vivants. On retrouve cette croyance dans bien d?autres traditions culturelles (au Laos, par exemple), et encore à notre époque, à d?autres dates, mais dans le même but de réconciliation entre le monde des morts et celui des vivants.

Christianisée au 8ième siècle, cette fête aux relents de paganisme devint suspecte lorsque l?Angleterre passa du catholicisme au protestantisme quelques siècles plus tard, les Protestants souhaitant purifier la religion chrétienne par un retour à l?essence du message évangélique et rejetant tout ce paganisme déguisé. Les catholiques d?Angleterre et d?Irlande fuyant les persécutions ont emporté avec eux en Amérique leurs traditions culturelles ? dont leurs fêtes religieuses.

Mais au 20ième siècle, la société de consommation s?est mise à faire feu de tout bois. Toutes les fêtes, religieuses ou pas, sont devenues les fêtes de tout le monde, avec tant de choses attirantes dans les grands magasins, à acheter pour s?amuser ou se faire peur !. C?est ainsi qu?un marketing américain efficace a su réimplanter en Europe une fête qui y avait ses racines mais qu?on avait pratiquement oubliée, sauf en Angleterre où elle n?a jamais cessé d?exister.

A chacun d?y voir ce qu?il veut ! Une chose est sûre, Halloween est une bonne affaire pour les marchands de citrouilles.

Anne Evans (31-10-2016)