*
MontbaZine 2017





La justice s'acharne sur Jacqueline Sauvage

La cour d?appel de Paris a rejeté la demande de libération conditionnelle de Jacqueline Sauvage, condamnée pour le meurtre de son mari violent.



Le calvaire infligé à cette femme durant plus de 40 années par son mari violent, qui la battait, est aujourd?hui perpétrée par la justice et l'état car la "grâce partielle" n'évite pas à cette femme de croupir derrière les barreaux. Où est l'humanité dans tout cela ?

Devenue un symbole des victimes de violence conjugale, Jacqueline Sauvage, condamnée à dix ans de prison pour le meurtre de son mari et partiellement graciée par le président, qui permettait à l?accusée de de présenter immédiatement une demande de libération conditionnelle), a été une nouvelle fois rejetée sa demande de libération conditionnelle, jeudi 24 novembre.

Après un premier refus du tribunal d?application des peines de Melun (Seine-et-Marne) le 12 août dernier, c?est la cour d?appel de Paris qui à son tour a rejeté cette demande d?aménagement de peine, à laquelle le parquet général ne s?était pourtant "pas opposé". L?arrêt rendu à huis clos était en train d?être communiqué aux avocates de Jacqueline Sauvage, qui pourra cependant déposer une nouvelle demande de libération.

En savoir plus sur www.lemonde.fr


Cliquez pour donner votre avis