*
MontbaZine 2017



 Que proposent ils ?
l'Immigration

Voici une vision comparative des propositions des cinq principaux candidats à la présidentielle.
Voici le volet immigration.
Vous pourrez consulter plus en détail cette analyse sur l'excellent site www.voxe.org.


Mélenchon

Crise des réfugiés
Assumer notre devoir d'humanité envers les réfugiés arrivant en Europe. Respecter la dignité humaine des migrants, leur droit fondamental à une vie de famille et accompagner les mineurs isolés En finir avec le placement en centre de rétention d'enfants, même accompagnés de leurs parents.

Construire des centres d'accueil aux normes internationales sur le modèle de celui de Grande-Synthe, pour proposer aux migrants des conditions dignes et des centres d'accueil des demandeurs d'asile pour les héberger le temps de l'analyse de leur demande.

Renforcer les moyens civils de sauvetage en mer Méditerranée pour éviter les milliers de noyés.

Refuser l'accord Visa + adhésion contre migrants avec la Turquie Construire un programme pour l'aide au retour des réfugiés qui le souhaitent lorsque la situation de leur pays de départ le permet.

Législation
Reconnaître le droit de vote aux élections locales pour les résidents étrangers en situation régulière, comme en bénéficient déjà les ressortissants des pays de l'Union européenne.

Défendre le droit du sol intégral pour les enfants nés en France, y compris dans les Outre-mer.

Faciliter l'accès à la nationalité française pour les personnes étrangères présentes légalement sur le territoire.

Rétablir la carte de séjour de dix ans comme titre de séjour de référence pour les étrangers.



Hamon

Crise des réfugiés
L’essentiel des migrations internationales ne se fait pas selon un axe Sud-Nord, mais selon un axe Sud-Sud. J’agirai sur les deux volets. Dans les régions fragiles ou à forte mobilité, j’œuvrerai en faveur de l’accompagnement des migrations intra-régionales.

En Europe, j’instaurerai un visa humanitaire pour l’accueil des réfugiés, et l’expérimentation de nouvelles formes de circulation permettant une fluidification des allers-retours pour les migrations de travail. Je soutiendrai une révision du règlement de Dublin



Macron

Crise des réfugiés
Nous proposerons de développer des accords globaux avec les principaux pays de départ et de transit des migrants, fondés sur une aide au développement, l’installation de points de contrôle dans ces pays avant l’arrivée dans l’UE, l’aide à la lutte contre les passeurs et (1/2)

le retour des migrants non autorisés à entrer dans l’UE. Le respect de ces engagements sera vérifié lors d’une conférence annuelle et conditionnera le niveau de l’aide au développement. (2/2)

La politique européenne d’accueil des Syriens qui fuient la guerre doit se renforcer à tous les niveaux : contrôle maîtrisé et plus strict des frontières, lutte contre les réseaux criminels, répartition équilibrée de l’accueil entre les pays européens et refonte du droit d’asile ...


Législation
Nous proposerons que chaque étranger en situation régulière arrivant en France ait droit à une formation linguistique suffisante pour atteindre le niveau B1 (niveau qui permet la naturalisation) et nous mettrons en place des programmes locaux d’intégration.

Nous allégerons les procédures et réduirons les délais d’obtention des visas "talents", pour améliorer l’attractivité de la France dans la compétition internationale pour attirer les talents étrangers (créateurs d’entreprises, d’investisseurs, de chercheurs ou d’artistes).

Nous développerons les visas de circulation pour les professionnels : ceux-ci devraient être inscrits sur une liste de bona fide établie sous la responsabilité de la chambre de commerce locale ou du service économique régional de l’ambassade, afin de permettre un traitement rapide des dossiers.

Nous simplifierons les modalités d’accès au travail pour tous les étudiants titulaires d’un master en France.

Nous réformerons les conditions d’examen des demandes d’asile avec l’objectif d’assurer une prise de décision en 8 semaines pour toutes demandes et nous réformerons les modalités de recours contre les décisions de refus. En cas de recours, le jugement interviendra dans un délai de 6 à 8 semaines.

Concernant les migrations dites "économiques", il est essentiel de mieux définir nos besoins en fonction du marché du travail français et européen : projets de développement local dans les régions d’émigration, partenariats avec les pays de départ et de transit...



Fillon

Législation
Inscrire dans la Constitution le principe de quotas fixés par la loi, plafonnant le nombre de titres de séjour pouvant être délivrés chaque année au titre de l’immigration professionnelle et familiale, en fonction des capacités d’accueil de la France et des capacités d’intégration des demandeurs.

Restaurer notre souveraineté migratoire en renégociant les directives européennes chaque fois qu’elles l’entravent et, si nécessaire, ré-adhérer avec réserves à la Convention Européenne des Droits de l’Homme si la Cour européenne persiste à en faire une interprétation restrictive.

Ne verser les prestations d’allocations familiales ou d’aide au logement qu’à ceux qui résident régulièrement en France depuis plus de 2 ans. Les prestations de sécurité sociale ou d’assurance chômage continueront à être versées à ceux qui cotisent.

Supprimer l’Aide Médicale d’Etat et la remplacer par une dispense de frais de santé limitée à la prise en charge des mineurs, des urgences et des maladies infectieuses, dans les établissements de santé agréés. (1/2)

Toute utilisation de la dispense donnera lieu à une information de l’Etat, dans le respect du secret médical, en vue d’examiner la situation de l’étranger au regard du droit au séjour (notamment au regard du titre "étrangers malades"). (2/2)

Eloigner systématiquement les étrangers en situation irrégulière en restaurant le principe du placement en rétention, y compris pour les familles (dans des centres adaptés), en portant la durée maximale de rétention administrative de 45 jours à 6 mois (1/3)

et en sanctionnant les pays non coopératifs dans la délivrance des laissez-passer consulaires par la réduction des visas délivrés à leurs ressortissants et de l’aide au développement. (2/3)

L’éloignement des déboutés du droit d’asile doit être une priorité, notamment en notifiant les décisions de refus d’asile dans les centres d’hébergement. (3/3)

Renégocier le code frontières Schengen pour autoriser des contrôles ciblés dans des zones de vulnérabilité des frontières intérieures, aussi longtemps qu’il existe un risque d’afflux d’étrangers clandestins.

Porter à 5 ans la durée minimale de vie commune avant l’acquisition de la nationalité par les conjoints de Français et à 8 ans la durée minimale de résidence en France pour être naturalisé.

Subordonner l’acquisition de la nationalité française à la majorité aux conditions suivantes : respect de l’obligation scolaire au cours des périodes de résidence en France; absence de condamnation pour un crime, un délit grave (passible d’au moins 3 ans de prison) (1/3)

ou pour outrage à l’hymne national ou au drapeau tricolore; condition de résidence continue ou discontinue en France de 8 ans depuis l’âge de 6 ans (au lieu de 5 ans depuis l’âge de 8 ou 11 ans) ; manifestation de volonté expresse et solennelle de l’intéressé, par le dépôt d’une déclaration. (2/3)

L’administration pourrait décider de s’opposer à l’octroi de la nationalité et soumettre l’étranger à un test d’assimilation en cas de doute (notamment lorsque les parents sont en situation irrégulière). (3/3)

Durcir les conditions pour le regroupement familial.



Le Pen

Crise des réfugiés
Réduire l’immigration légale à un solde annuel de 10 000. Mettre fin à l’automaticité du regroupement et du rapprochement familial ainsi qu’à l’acquisition automatique de la nationalité française par mariage. Supprimer les pompes aspirantes de l’immigration.

Revenir à l’esprit initial du droit d’asile qui ne pourra par ailleurs être accordé qu’à la suite de demandes déposées dans les ambassades et consulats français dans les pays d’origine ou les pays limitrophes.

LégislationRendre impossible la régularisation ou la naturalisation des étrangers en situation illégale. Simplifier et automatiser leur expulsion.

Réduire l’immigration légale à un solde annuel de 10 000. Mettre fin à l’automaticité du regroupement et du rapprochement familial ainsi qu’à l’acquisition automatique de la nationalité française par mariage. Supprimer les pompes aspirantes de l’immigration.

Supprimer le droit du sol: l’acquisition de la nationalité française sera possible uniquement par la filiation ou la naturalisation dont les conditions seront par ailleurs plus exigeantes. Supprimer la double nationalité extra-européenne.

Revenir à l’esprit initial du droit d’asile qui ne pourra par ailleurs être accordé qu’à la suite de demandes déposées dans les ambassades et consulats français dans les pays d’origine ou les pays limitrophes.

Promouvoir l’assimilation républicaine, principe plus exigeant que celui d’intégration.