*
MontbaZine 2017



 Que proposent ils ?
Education et Recherche

Voici une vision comparative des propositions des cinq principaux candidats à la présidentielle.
Voici le volet économie.
Vous pourrez consulter plus en détail cette analyse sur l'excellent site www.voxe.org.


Mélenchon

Recherche
Réorganiser les grands instituts publics de recherche (CNRS, Inserm, Inra etc.), garants des recherches d'intérêt général, et supprimer l'Agence nationale pour la recherche (ANR).

Organisation de l'éducation nationale
Soutenir l'enseignement des langues et cultures d'Outre-mer pour ceux qui en font la demande, et mettre en valeur avec les populations la diversité des patrimoines culturels et linguistiques qu'apportent les Outre-mer.

Garantir le cadre national des programmes et des diplômes. Étendre la scolarité obligatoire de 3 à 18 ans, en adaptant les pédagogies et les parcours scolaires.

Instaurer une nouvelle carte scolaire établissant la mixité sociale.

Assurer la gratuité réelle de l'éducation publique, y compris les cantines, le transport et les activités périscolaires, fournir gratuitement aux élèves les manuels scolaires, ainsi que des fournitures sans marque.

Recruter au moins 60 000 enseignants supplémentaires sur le quinquennat et mettre en place un dispositif de prérecrutement pour favoriser l'accès au métier d'enseignant pour les jeunes issus de milieux populaires.

Revaloriser le salaire des enseignants, en particulier ceux du primaire.

Réserver l'argent public au financement de l'école publique (abrogation de la loi Carle notamment).

Appuyer l'enseignement professionnel public, arrêter les fermetures de classes et de lycées professionnels et augmenter le nombre d'établissements. Rétablir le bac professionnel en quatre ans.

Revenir sur les partenariats privés dans l'Éducation nationale (Microsoft, Teach for France…).

Sécondaire
Abroger la réforme du collège du gouvernement Valls.

Enseignement supérieur
Développer les cursus courts dans l'enseignement supérieur et encourager la poursuite d'études après un bac professionnel ou technologique (BTS, DUT, licences professionnelles…).

Refonder le financement de l'enseignement supérieur et de la recherche pour favoriser les financements pérennes plutôt que des appels à projets erratiques, augmenter le budget des universités et assurer une rémunération unifiée.

Abroger les lois LRU et Fioraso pour reconstruire une offre cohérente de formations d'enseignement supérieur sur tout le territoire, y compris dans les villes moyennes, et pilotées nationalement. Les ComUE, regroupements forcés, seront dissoutes.

Mettre fin à la précarité des doctorants et jeunes chercheurs par la titularisation des personnes effectuant des missions pérennes. Permettre aux universités publiques d'accéder gratuitement aux articles de leurs chercheurs sans enrichir les revues et bases de données privées.

Primaire
Mettre en œuvre un plan de lutte contre les inégalités à l'école maternelle et primaire, notamment avec un droit à la scolarisation dès 2 ans, la baisse du nombre d'élèves par classe en primaire, la présence de davantage d'instituteurs que de classes dans les écoles, le développement des RASED.




Hamon

Recherche
Pour créer les emplois de demain, je porterais l'effort de la recherche et développement à 3% du PIB.

Organisation de l'éducation nationale
Pour lutter contre les inégalités scolaires, nous rendrons l’instruction obligatoire dès l'âge de 3 ans, et garantirons un droit à la scolarisation dès l’âge de 2 ans dans les écoles en éducation prioritaire et en outre-mer.

Pour développer la mixité sociale et scolaire sur tout le territoire, je rebâtirai la carte scolaire dans le cadre d’un dialogue qui associera l’enseignement public et l’enseignement privé.

Pour donner à tous les élèves les mêmes chances de réussir à l’école, je mettrai en place un service public du soutien scolaire, et développerai la coéducation avec les parents et les mouvements d’éducation populaire.

Tous les pays ayant investi dans la formation continue des enseignants ont vu les résultats des élèves progresser. En France aussi, je veux un plan de formation continue des enseignants. Chaque enseignant bénéficiera de trois, cinq ou dix jours de formation tous les ans.

Je revaloriserai les conditions de travail des enseignants et des personnels administratifs, en matière de rémunération comme de gestion des carrières et de médecine du travail.

Pour atteindre ces objectifs ambitieux, je recruterai 40 000 enseignants en 5 ans, je garantirai le droit à l’innovation pédagogique, et favoriserai l’usage du numérique pour faire réussir tous les élèves dans leurs apprentissages.

Sécondaire
Nous mènerons la réforme du lycée avec les enseignants, les parents et les élèves. J’allouerai plus de moyens aux lycées qui en ont le plus besoin grâce à un nouvel indicateur social plus juste et plus proche des réalités du territoire.

Je défendrai les lycées professionnels pour qu’ils deviennent des voies d’excellence. J’y favoriserai les possibilités de poursuites d’études.

Au moins 50% de repas bio ou issus des circuits courts seront servis dans les cantines scolaires.

Je mettrai en place un service public d'aide aux devoirs pour donner à tous les mêmes chances de réussir à l'école.

L’histoire des Outre-mer sera ajoutée aux programmes scolaires de tous les élèves. Je financerai une chaire d’excellence consacrée aux outre-mer. Je soutiendrai le projet de Mémorial national des victimes de la traite négrière et de l’esclavage à Paris

Enseignement supérieur
Nous ferons de l’enseignement supérieur et de la recherche une priorité budgétaire, en y investissant un milliard d’euros supplémentaire par an.

Je réformerai les premiers cycles pour éviter l’orientation par défaut et démocratiser la réussite : synergies entre lycées et enseignement supérieur, accueil des bacheliers pro et techno en STS et IUT facilité, cours en amphi supprimés en première année, spécialisation diciplinaire plus progressive

Je créerai un droit à un semestre de mobilité internationale pour tous.

Pour permettre la réussite de tous les étudiants et parce qu’il est difficile de mener de front ses études avec une activité salariée intensive, je ferai bénéficier les étudiants du Revenu Universel d’Existence (RUE).

Nous créerons 7 500 emplois dans les universités et les laboratoires, revaloriserons de 10 % la rémunération des universitaires et chercheurs en début de carrière, et mettrons fin aux thèses non financées notamment en doublant les doctorats préparés en entreprise.

Nous augmenterons les moyens des laboratoires.

Parce que la recherche se nourrit des échanges, nos universités accueilleront 25 % d’étudiants internationaux supplémentaires, et je soutiendrai l’asile scientifique et universitaire en France pour les chercheurs et étudiants en danger.

Pour aider à la mobilité géographique des étudiants, j’assurerai la construction et la réhabilitation de 60 000 logements pour les jeunes et les étudiants durant mon mandat.

Je favoriserai la création d’universités populaires sur tout le territoire, et ouvrirai des universités d’été dans chaque campus.

L’histoire des Outre-mer sera ajoutée aux programmes scolaires de tous les élèves. Je financerai une chaire d’excellence consacrée aux outre-mer. Je soutiendrai le projet de Mémorial national des victimes de la traite négrière et de l’esclavage à Paris

Primaire
Parce que beaucoup se joue dans les premières années d’apprentissage, j’établirai un seuil maximum de 25 élèves par classe en CP/CE1/CE2, et à 20 ce nombre dans les écoles en éducation prioritaire, dans les territoires ruraux et en outre-mer.

Au moins 50% de repas bio ou issus des circuits courts seront servis dans les cantines scolaires.

J'en terminerai avec les classes surchargées à l'école primaire. J'y créérai 20 000 postes pour qu'il n'y ait pas plus de 25 élèves par classe en CP, CE1, CE2 et pas plus de 20 élèves en éducation prioritaire, Outre-mer et dans les territoires ruraux.

Je mettrai en place un service public d'aide aux devoirs pour donner à tous les mêmes chances de réussir à l'école.

L’histoire des Outre-mer sera ajoutée aux programmes scolaires de tous les élèves. Je financerai une chaire d’excellence consacrée aux outre-mer. Je soutiendrai le projet de Mémorial national des victimes de la traite négrière et de l’esclavage à Paris



Macron

Recherche
Nous soutiendrons la constitution d’universités de niveau mondial, sur la base de regroupements volontaires d’universités et de grandes écoles avec le soutien des organismes de recherche.

Nous donnerons aux universités et aux grandes écoles la liberté de recruter eux-mêmes leurs enseignants-chercheurs suivant les standards internationaux de qualité et d’indépendance.

Nous attribuerons des moyens publics supplémentaires aux établissements d’enseignement supérieur et de recherche sur des bases contractuelles et nous permettrons également aux universités et aux grandes écoles de diversifier leurs sources de financement.

Organisation de l'éducation nationale
Nous n’affecterons plus aucun professeur (hors choix motivé) en REP+ (zones prioritaires) pendant ses 3 premières années d’enseignement et nous reconnaîtrons mieux l’engagement et la contribution des enseignants exerçant dans ces zones.

Sécondaire
Nous renforcerons l’individualisation des apprentissages (ex: bilans personnalisés, de la classe de grande section à la troisième) en développant des supports numériques et des applications adaptées pour faire évoluer les pratiques pédagogiques ; les enseignants seront formés à cette fin.

Nous proposerons à tous un accompagnement après la classe, des études dirigées et comme en primaire, des stages de remise à niveau pour les collégiens les plus en difficulté.

Nous revaloriserons la formation professionnelle via la création de 100 000 places supplémentaires dans de nouvelles filières courtes professionnalisantes proposées par les lycées, les universités, les établissements consulaires en lien avec les branches professionnelles.

Nous renforcerons le lien école/entreprise en aidant les chefs d’établissement à constituer un réseau d’employeurs de proximité, en particulier au sein des anciens élèves, autour du collège ou du lycée susceptible d’offrir des débouchés professionnels aux jeunes qui y étudient.

Nous mettrons en place des programmes d’aide aux parents de mineurs en difficulté (conseils à l’éducation, aide à l’apprentissage du français pour les parents immigrés...)dans les établissements scolaires. Les parents doivent être associés à la prise en charge de leurs enfants et non pas sanctionnés

Enseignement supérieur
Nous proposerons de généraliser progressivement le programme "Erasmus", avec l’objectif de 200 000 jeunes Français par an (soit 25% d’une classe d’âge) effectuant au moins un semestre à l’étranger d’ici 2022.

Nous inciterons à la création d’un statut européen de l’apprenti facilitant la mobilité.

Nous soutiendrons la constitution d’universités de niveau mondial, sur la base de regroupements volontaires d’universités et de grandes écoles avec le soutien des organismes de recherche.

Nous attribuerons des moyens publics supplémentaires aux établissements d’enseignement supérieur et de recherche sur des bases contractuelles et nous permettrons également aux universités et aux grandes écoles de diversifier leurs sources de financement.

Nous mobiliserons les bailleurs sociaux pour créer au sein du parc social des "logements jeunes" (objectif : 30 000 supplémentaires) et nous construirons 80 000 logements pour les jeunes (60 000 logements pour les étudiants et 20 000 logements pour les jeunes actifs).

Pour éclairer nos étudiants sur leur choix d’orientation, nous garantirons une meilleure transition de l'enseignement secondaire vers le supérieur et nous exigerons que chaque établissement du supérieur publie en toute transparence les taux de réussite et les débouchés professionnels, par formation.

Nous créerons des formations avec un accompagnement pédagogique personnalisé, comportant des passerelles vers les filières plus spécialisées et nous développerons la formation universitaire continue pour favoriser, tout au long de la vie, les mobilités professionnelles et les reconversions.

Nous revaloriserons la formation professionnelle via la création de 100 000 places supplémentaires dans de nouvelles filières courtes professionnalisantes proposées par les lycées, les universités, les établissements consulaires en lien avec les branches professionnelles.

Afin de faire de l’enseignement supérieur ultra-marin un secteur d’excellence, nous soutiendrons le développement d’un ERASMUS caribéen et nous ferons de nos universités outre-mer des pôles universitaires internationaux rayonnant dans leurs régions.

Primaire
Nous ouvrirons 12 000 postes de professeurs des écoles dans les classes de CP et de CE1 dans les zones prioritaires.

Nous diviserons par deux les effectifs des classes de CP et de CE1 en REP et REP+, mesure la plus importante prise en faveur de l’éducation prioritaire depuis la création des ZEP en 1981.

Nous renforcerons l’individualisation des apprentissages (ex: bilans personnalisés, de la classe de grande section à la troisième) en développant des supports numériques et des applications adaptées pour faire évoluer les pratiques pédagogiques ; les enseignants seront formés à cette fin.

Nous lutterons contre la déperdition des savoirs scolaires en proposant des stages de remise à niveau en fin d’été entre le CP et le CM2. Ils seront assurés par des enseignants volontaires, qui seront rémunérés à ce titre.

Nous mobiliserons, en maternelle, des jeunes engagés dans le cadre du service civique, afin d’appuyer les professeurs, particulièrement pour la maîtrise du langage.

Nous mettrons en place des programmes d’aide aux parents de mineurs en difficulté (conseils à l’éducation, aide à l’apprentissage du français pour les parents immigrés...)dans les établissements scolaires. Les parents doivent être associés à la prise en charge de leurs enfants et non pas sanctionnés



Fillon

Recherche
Rendre éligibles au crédit impôt recherche des projets de recherche ou d’expérimentation labellisés dans les exploitations, notamment sur les pratiques agricoles, pour faire de chaque agriculteur un "paysan-chercheur".

Remettre la créativité et les équipes au cœur de la politique de la recherche. Redonner à l’agence nationale de la recherche (ANR) les moyens de financer des projets à caractère original et innovant et donner une nouvelle impulsion aux investissements d’avenir.

Organisation de l'éducation nationale
Supprimer le Conseil supérieur des programmes dont les choix et le langage jargonnant ne contribuent pas au redressement de notre système éducatif.

Laisser chaque établissement choisir son dispositif d’accompagnement des élèves (programmes d’aides, travaux interdisciplinaires). Donner des outils d’autoévaluation et évaluer régulièrement les établissements.

Mettre au premier rang des objectifs des services académiques la définition et la mise en œuvre d’une véritable politique de ressources humaines et assurer aux professeurs le soutien de leur hiérarchie tant dans leur mission d’enseignement que dans celle d’encadrement des élèves.

Protéger la liberté des parents de choisir d’inscrire leurs enfants dans l’enseignement public ou dans l’enseignement privé.

Revaloriser les traitements des enseignants, en maîtrisant les effectifs et en développant une part "mérite" dans la rémunération (1/2)

et accroître les possibilités de promotion accélérée pour les professeurs enseignant une seconde discipline ou leur discipline en langue étrangère ou acceptant d’enseigner dans des établissements difficiles. (2/2)

Outre-Mer: Refaire de l’éducation une priorité en renforçant les dispositifs d’accompagnement éducatif, en activant un plan massif de lutte contre l’illettrisme et en augmentant de 50% le nombre de places du service militaire adapté (SMA).

Pérenniser le temps alloué au sport tout au long du parcours scolaire : 10% du temps scolaire en primaire et 14% dans le secondaire. Développer à l’échelle intercommunale les liens entre les établissements scolaires et les clubs sportifs.

Sécondaire
Améliorer l’information des jeunes et des parents en intégrant, dans le "Portail de l’Alternance" les opportunités professionnelles à l’échelle de chaque bassin d’emploi, ainsi que les taux d’emploi pour chaque filière et établissement à la sortie, à 3 ans et à 5 ans (1/2)

les places disponibles en CFA, les recherches d’alternants des entreprises. Ce portail sera mis à la disposition de tous les acteurs de l’emploi. (2/2)

Développer le dispositif de pré-apprentissage, notamment dans les écoles de la deuxième chance, grâce aux régions qui développeront ces dispositifs, en s’appuyant également sur le service public de l’emploi (Pôle emploi, missions locales).

Généraliser progressivement l’apprentissage dans l’enseignement professionnel, en développant rapidement des sections d’apprentissage dans les lycées professionnels, en organisant des jumelages entre CFA et lycées professionnels, (1/2)

en décloisonnant les parcours des jeunes et en permettant des réorientations. (2/2)

Confier la gestion des centres de formation des apprentis (CFA) et des lycées professionnels aux régions, en association avec les branches. Les chefs d’établissement devront disposer d’une autonomie d’action et de moyens dans le cadre d’objectifs fixés annuellement.

Généraliser l’enseignement et la formation au numérique à tous les niveaux. Recruter des enseignants en informatique. Transformer le cours de technologie du collège (1h par semaine) en cours de "culture numérique".

Abroger la réforme du collège et revoir les programmes en les structurant autour de deux volets pédagogiques : 1. approfondissement des fondamentaux (français et mathématiques, sciences et histoire- géographie); (1/2)

2. éducation physique et sportive et ouverture au monde (langues, éducation civique, numérique, enseignements artistiques, découverte professionnelle). (2/2)

Faire de l’enseignement professionnel une vraie voie d’excellence confiée aux régions. Conserver le caractère national des diplômes mais autoriser les régions à faire des adaptations en fonction des besoins locaux.

Instituer une tenue vestimentaire spécifique à l’établissement pour les élèves de l’école et du collège.

Instaurer une évaluation du comportement de l’élève au collège afin de prendre en compte l’assiduité en classe, le respect des règles de l’établissement, le respect des autres et d’abord des professeurs et éducateurs, la politesse et la prise de responsabilité.

Confier progressivement aux chefs d’établissement du second degré la possibilité de recruter les professeurs et personnels de l’établissement.

Enseignement supérieur
Mettre en place une exonération totale des charges sociales pour l’embauche d’un jeune en alternance, et lancer une grande campagne de promotion de l’alternance.

Sensibiliser les élèves à l’entrepreneuriat du secondaire jusqu’au supérieur. Permettre à tout étudiant d’entreprendre sur son campus, notamment par le statut "Etudiant-entrepreneur" et le développement des Junior Entreprises. (1/2)

Former enfin les jeunes peu ou pas qualifiés à l’entrepreneuriat en fixant des objectifs aux "Missions Locales". (2/2)

Encourager le développement de filières universitaires d’excellence (Cybersécurité, IA, ...); introduire un module “numérique” dans toutes les formations supérieures, accélérer le développement de la formation professionnelle au numérique.

Laisser la liberté aux universités de créer des filières d’excellence, de définir et de mettre en œuvre elles- mêmes les règles d’admission en master.

Laisser aux établissements la liberté de choisir leur structure, leurs partenaires, en simplifiant le dispositif législatif. Assouplir le recours au statut de "grand établissement". Pouvoir déroger aux règles générales et expérimenter des dispositifs de gouvernance nouveaux.

Informer les lycéens des conditions de réussite dans l’enseignement supérieur : pour chaque filière de formation, publication sur APB par les universités et les écoles des matières principales recommandées au lycée et des débouchés professionnels. (1/2)

Dans les filières en tension, fin de la sélection par algorithme ou tirage au sort et préférence à ceux qui se sont préparés dès le lycée à la voie pour laquelle ils postulent et qui ont l’envie et le talent nécessaires pour y parvenir. (2/2)

Evaluer les établissements. L’évaluation doit prendre une forme moins bureaucratique et porter sur la formation et l’insertion professionnelle, la recherche et la gestion. (1/2)

Menée par une autorité indépendante, l’évaluation doit emporter de réelles conséquences, notamment sur le montant des dotations publiques versées à l’établissement. (2/2)

Primaire
Restituer à l’école maternelle son rôle de préparation à l’apprentissage de la lecture en lui donnant comme priorité l’acquisition du vocabulaire.

Commencer la scolarité obligatoire à cinq ans de sorte que l’apprentissage de la lecture, avec des méthodes efficaces, débute plus tôt, et concentrer l’enseignement élémentaire sur le socle de connaissances (1/2)

(lecture, calcul, écriture, grandes dates et grands personnages de l’histoire de la Nation, géographie de la France). (2/2)

Réduire drastiquement le nombre des circulaires et instructions ministérielles et académiques.



Le Pen

Recherche
Promouvoir les secteurs stratégiques de la recherche et de l’innovation, en augmentant la déductibilité fiscale des dons.

Augmenter de 30 % le budget public de la recherche (pour le porter à 1 % du PIB).

Organisation de l'éducation nationale
Revenir sur la réforme des rythmes scolaires.

Sécondaire
Garantir la liberté de scolariser ses enfants selon ses choix, tout en contrôlant plus strictement la compatibilité avec les valeurs de la République des enseignements dispensés dans les établissements privés hors-contrat.

Revaloriser le travail manuel par l’établissement de filières professionnelles d’excellence (suppression progressive du collège unique, autorisation de l’apprentissage à partir de 14 ans).

Développer des lycées professionnels ou technologiques de la seconde chance sur tout le territoire pour les élèves sortis du système scolaire sans diplôme.

Développer massivement l’alternance (contrat d’apprentissage, contrat de professionnalisation) dans l’artisanat, le secteur public et privé et rendre la formation professionnelle plus efficace, moins opaque et moins coûteuse.

Restaurer une véritable éducation musicale généraliste dans les établissements scolaires.

Enseignement supérieur
Pour une vraie justice sociale, transférer aux établissements supérieurs d’enseignement général et professionnel la charge de trouver une offre de stage à chaque étudiant.

À l’université, passer d’une sélection par l’échec à une sélection au mérite. Refuser le tirage au sort comme moyen de sélection. Revaloriser les bourses au mérite.

Défendre le modèle d’enseignement supérieur français, qui passe par la complémentarité de l’université et des grandes écoles.

Primaire
Garantir la liberté de scolariser ses enfants selon ses choix, tout en contrôlant plus strictement la compatibilité avec les valeurs de la République des enseignements dispensés dans les établissements privés hors-contrat.

Assurer la transmission des connaissances par le renforcement des apprentissages fondamentaux (français, histoire, calcul).

À l’école primaire, réserver la moitié du temps d’enseignement au français, à l’écrit comme à l’oral. Supprimer "l’enseignement des langues et cultures d’origine" (ELCO).

Rétablir l’autorité et le respect du maître et instaurer le port d’un uniforme à l’école.

Revenir sur la réforme des rythmes scolaires.

Restaurer une véritable éducation musicale généraliste dans les établissements scolaires.