*
MontbaZine 2017




l'Insoumis Bolivarien !

Et pourtant, ce pays, ce régime et ce chef d'Etat sont une référence, mieux "une source d'inspiration", pour Mélenchon comme il le confiait, le 19 avril 2013, sur Twitter, le jour de la prestation de serment de Maduro. Le candidat de La France insoumise à la présidentielle de 2017 avait même fait figurer dans son programme l'adhésion de la France à "l'Alliance bolivarienne pour les peuples de notre Amérique" (Alba), ce qui montre une certaine persistance dans l'admiration !

Si Mélenchon est partisan du référendum révocatoire pour les élus - procédure que Maduro refuse qu'on lui applique, via le Conseil national électoral, institution qui lui est entièrement dévouée -, il l'est aussi de l'élection d'une Constituante afin de creuser les fondations d'un nouveau régime : la VIe République. C'est exactement ce que vient de faire Maduro pour contourner le Parlement vénézuélien (il n'y a qu'une seule chambre au Venezuela) où l'opposition est majoritaire depuis les élections de 2015 (109 sièges contre 55 aux chavistes). Cette constituante dispose maintenant de tous les pouvoirs à Caracas.

L'ONU, la communauté internationale, 12 pays des Amériques dénoncent qui "les violences" du régime qui met à l'ombre ses opposants politiques, qui l'instauration d'une "dictature", qui "une rupture démocratique". La chaviste Maduro n'a guère que le soutien de Cuba, du Nicaragua, de la Bolivie et de l'Equateur. Et peut-être de l'insoumis Mélenchon qui se cantonne dans un silence pesant ? Lui qui ne manque pas une occasion de fustiger, à bon droit, les régimes autoritaires... quand ils ne sont pas de gauche. Le Venezuela est un caillou idéologique dans la chaussure des Insoumis. Peut-il être plus qu'un caillou ?

Source : FranceInfo
Notre photo : Mélenchon avec Simon Bolivar