*
MontbaZine 2018












Les Faits News en question

Reporters sans frontières et ses partenaires se mobilisent pour lutter contre la propagation des "fake news", véritable fléau.

Pour lutter contre les « fake news », Reporters sans frontières, épaulé par différents partenaires (AFP, UER, Global Editors Network), jette les bases d’une certification européenne pour la défense d’une information fiable et de qualité.

Avec le développement des "fake news" et autres "faits alternatifs", tous les types de contenus sont mis au même niveau sur les plateformes comme Facebook ou YouTube. Une étude récente montre que les fausses informations se répandent plus vite que les vraies sur les réseaux sociaux… Cela constitue un péril majeur pour les démocraties. Aujourd’hui, Facebook ne sait pas dans quelles conditions sont produits les contenus (s’ils sont fiables, sponsorisés, publicitaires, etc.) et n’a pas les moyens de le savoir. Ce n’est pas non plus aux Etats de faire le tri entre les médias, il y aura toujours le spectre de la censure. Pour valoriser les médias qui pratiquent un journalisme respectueux des processus de production de l’information, on met donc en place un dispositif d’autorégulation baptisé "Journalism Trust Iniative", qu’on pourrait traduire par "Initiative pour la fiabilité de l’information" [Télérama].

Les fausses informations ne sont pas un fléau propre à notre époque. Mais voilà, les acteurs, la tribune et l’auditoire ne sont plus les mêmes. Plus vaste qu’une agora, plus charismatique qu’un dictateur, plus fluide qu’un parti politique, Internet et les réseaux sociaux ont redistribué les cartes. [Le Monde]

Donc, Le Monde a osé publier une tribune donnant quelques recommandations pour lutter contre les fake news. Son titre: "appliquer au Web les bonnes pratiques éditoriales des journaux". Le même jour, on apprenait que les Échos avaient renoncé à publier une interview d’Élisabeth Borne trop retravaillée par Matignon.

C’est donc ça les bonnes pratiques éditoriales des journaux qu’il faut appliquer au web : faire relire ses textes par des conseillers de cabinet ministériel avant publication ? [Atlantico].