*
MontbaZine 2018


Homélie scandaleuse

Au lieu de s'occuper d'assainir sa propre maison, où la pédophilie est monnaie courante parmi les ecclésiastiques, le pape une fois de plus se mêle de la liberté individuelle des personnes.



En août dernier, une autre phrase du pape, sur les homosexuels, avait déjà déclenché des réactions dans le monde entier. Il avait stigmatise l'homosexualité comme une maladie en argumentant que les parents devraient soumettre leurs enfants depuis leur plus jeune âge à un psychiatre au moindre signe de déviation de la "normalité".

Le pape François a comparé, dans son homélie prononcée lors de sa traditionnelle audience place Saint-Pierre ce mercredi 10 octobre, l’interruption volontaire de grossesse au recours à "un tueur à gages", "Interrompre une grossesse, c’est comme éliminer quelqu’un. Est-il juste d’éliminer une vie humaine pour résoudre un problème ?", a demandé le pape argentin aux fidèles rassemblés sur la place.

"Est-il juste d’avoir recours à un tueur à gages pour résoudre un problème ?", a-t-il poursuivi. "Se débarrasser d’un être humain, c’est comme avoir recours à un tueur à gages pour résoudre un problème", a-t-il martelé dans une homélie consacrée au commandement biblique de "ne pas tuer".

L'église se mêle de façon scandaleuse le la vie privée des personnes et la liberté de chacun de disposer de son corps. Ce qui est "criminel" c'est de culpabiliser ainsi des milliers de femmes vivant des situations de détresse épouvantables et de chercher à influencer les états où l'IVG est devenu un droit.

MontbaZine (10-10-2018)