*
MontbaZine 2019














Lettre à Manu

T’es vraiment un type étonnant, Manu. Tu m’as impressionné, quand je t’ai vu hier soir, martial et droit dans tes brodequins comme Georges Boulanger. Tu sais, celui qui participa avec fougue à la semaine sanglante pour anéantir la commune de Paris en 1871. Lui qui fut promu général quelques années plus tard, puis se se tira une balle dans la tête après avoir tenté un coup de force contre l’état.

Mais tu m’as surtout scotché, après ces coups de menton inspirés des frères Dalton, quand tu as sorti tes tirades dignes des "Mystères de Paris" d’E. Sue. Moi qui ne vénérait que Michel Bouquet dans la pièce du Tartuffe, j’avoue que tu m’as sidéré dans le rôle. Vraiment ! Toi, mué en homme du peuple qui comprenait toutes les misères, partageait toutes les souffrances, et voulait faire jaillir la lumière des bas-fonds… C’était très émouvant et j’en renifle encore ce matin. Sincèrement bravo pour cette scène digne de figurer dans les annales de la Comédie Française.

Tu es aussi un peu cachottier, Manu. Car ton potentiel jupitérien ne s’arrête pas au théâtre. Je t’ai découvert aussi de remarquables aptitudes d’illusionniste. Quand tu "déportes" à travers l’espace et le temps la prime d’activité de 100€ pour le SMIC figurant dans ton programme de 2017 pour en faire un cadeau immédiat du même montant aux smicards, c’est du grand art ! Tu viens de renvoyer le grand maître en la matière, David Copperfield, celui qui déporte des locomotives ou des monuments sous nos yeux émerveillés, au rang de magicien de banlieue.

T’es trop fort, Manu ! J’ai même vu en toi l’expression de la plus haute noblesse : sur ton trône élyséen, parfaitement calé dans un décor tout neuf –qui nous a coûté un bras quand même– dans ton palais royal, j’ai reconnu, à la perruque près le grand roi Louis XVI, un de tes ancêtres qui n’avait pas toute sa tête à lui.

Sans vouloir te faire un reproche, menu à vrai dire Manu, j’ose timidement te dire qu’il manquait une question à ton oraison dans les ors monarchiques : "Mais c’est une révolte ? Non, sire, c’est une révolution !" Il était taquin, le duc de La Rochefoucault-Liancourt, en répondant de la sorte à sa majesté.

Brettus (11-12-2018)


Les articles publiés MontbaZine n'engagent que leurs auteurs.