*
MontbaZine 2019



Washington, Pékin et Moscou regardent l'Europe... d'assez loin


Emmanuel Macron avait depuis longtemps exprimé son exaspération de voir l’Europe du XXIe siècle piétiner alors qu’elle doit "se protéger" de la Russie, de la Chine, "et même, précise-t-il, des Etats-Unis d’Amérique" [ Le Monde ].

Le dangers vient des Etats-Unis, la Russie et la Chine
les Etats-Unis en jouent en alimentant l’euroscepticisme. Par exemple en dialoguant directement avec la Pologne sur les questions stratégiques. Ou en soutenant les pro Brexit au Royaume-Uni

Le Kremlin aime l'Europe... si elle ne lui fait pas d'ombre... Vue du Kremlin, l'Union européenne est appréciée surtout si elle ne nuit pas à la stratégie d'influence sans cesse grandissante de la Russie à travers les continents. La proximité entretenue par le Président russe avec les pays où le populisme prospère, tels que l'Autriche ou l'Italie, incite à répondre par l'affirmative.

Renforcée par l’attitude de Donald Trump qui a engagé une guerre commerciale et géostratégique avec la Chine, l’Europe est entrée dans une nouvelle phase de sa relation avec la Chine, devenue "un rival systémique" selon un document présenté le 12 mars par la Commission européenne. En Europe surgit une croissanre "inquiétude [...] face à la Chine notamment dans le développement des hautes technologies". L’un des sujets sensibles pour la Chine est la 5G développée par Huawei, leader mondial incontestable de la future technologie des objets connectés.

Lise la suite sur : France Culture