*
MontbaZine 2019







Disparition des espèces animales et végétales !

Une espèce animale ou de plante disparaît toutes les 20 minutes soit 26280 espèces disparues chaque année. Près d'un quart des espèces animales et végétales pourrait disparaître d'ici le milieu du siècle en raison des activités humaines.

La disparition des espèces, à une vitesse unique dans l'histoire
Toute espèce a une durée de vie limitée de l’ordre de 5 à 10 millions d’années. A partir de l’espérance de vie des espèces et de leur nombre, il est possible de calculer un taux d’extinction global, qui correspond à la proportion d’espèces qui disparaît pendant un intervalle de temps donné. Au cours des 65 derniers millions d’années, le taux d’extinction moyen a tourné autour d’une extinction par an pour un million d’espèces.

Mais aujourd'hui le taux de disparition d'espèces serait 100 fois supérieur
Beaucoup d'études scientifiques s'avèrent très alarmistes. Par exemple de récents travaux affirment l’extinction possible de 15% à 37% des espèces de la planète d’ici 2050 sous l’effet du réchauffement climatique. Même si ces études donnent encore lieu à des discussions, on se trouverait dans une période d’extinction massive.

A la conférence de Nagoya (Convention sur la diversité biologique), en 2010, on s’était félicité de l’atteinte de 13% d’aires protégées (AP) terrestres sur la planète. Mais au même moment, on constate disparition de la grande faune africaine, en particulier en Afrique francophone. Les massacres récents d’éléphants au Cameroun, en sont une illustration. Le rhinocéros noir d’Afrique centrale s’est éteint dans l’indifférence, les populations de grands singes s’étiolent, l’hippopotame, espèce pourtant commune, régresse (1).

Et chez nous ?
Le loup, l’ours et le lynx sont toujours menacés en France malgré leur statut d’espèces protégées. Le WWF (2) et ses partenaires sont mobilisés sur le terrain pour promouvoir une cohabitation apaisée entre nos grands carnivores et les activités humaines, en particulier l’élevage (3).