*
MontbaZine 2019















Comme dans notre Jardin Méditerranéen


Mégots blues...

Ah, ces mégots atterris par terre, à Montbazin on en sait quelque chose. Il n'y pas que les chiens qui à l'istar de laurs maîtres laissent leurs déchets dans nos rues. Les humains, fumeurs de leur état, font de mème sans se soucier des conséquences. A MontbaZine nous avons voulu regarder un peu ce que les mégots abandonnés et jetés n’importe où, dans les rues, les places ou nos jardins publiques, ont comme conséquence néfaste pour l'environnement.
  • Les mégots jetés à terre dans la rue sont, pour beaucoup, emportés par le vent et la pluie jusque dans les fleuves et les océans. 80 % des déchets trouvés en mer ont une origine continentale. Ce petit geste que beaucoup de fumeurs reproduisent sans y penser est lourd en conséquences.

  • Les oiseaux et poissons prennent les mégots pour de la nourriture, en raison de leur taille et de leur aspect similaires à de petits poissons. Après avoir avalé ces morceaux de fibres de plastique, les conséquences en sont tragiques.

  • Les filtres de cigarettes sont faits de plastique (cellulose acétate). Ils contiennent une grande quantité de composants toxiques à la fois pour le consommateur que pour l’environnement :

  • Une étude conduite par des chercheurs de l’Université de San Diego en Californie (Voir) a montré que la moitié de leurs poissons mourraient dans une eau polluée par des mégots à hauteur de seulement un mégot par litre d’eau. Pire encore, presque la totalité des poissons (80%) mourraient dans une eau polluée par seulement deux mégots par litre d’eau !  (Temps de trempage des mégots de cigarettes dans l’eau : 96 heures. Expérience réalisée en laboratoire)

  • Les pollutions environnementales dont les mégots sont responsables peuvent être dangereuses de manière directe pour les humains. Tout comme pour les métaux lourds, il existe une bio-accumulation de ces composants au fil de la chaîne alimentaire : les gros poissons en bout de chaîne (saumons, thons, etc.) contiennent dans leur chaire les substances toxiques que les petits poissons qu’ils mangent ont mangés. Par ailleurs, les mégots de cigarettes polluent les nappes phréatiques, et donc l’eau que nous consommons.

  • Les mégots de cigarettes sont un des principaux types de déchets retrouvés sur les plages. Il s’agit d’ailleurs du quatrième type de déchets le plus meurtrier pour la vie marine locale.
Source : Consommons sainement