*
MontbaZine 2019










Mais qu'est ce qui leur prend ?

La jeune égérie suédoise de la lutte climatique Greta Thunberg énerve certaines personnalités publiques et politiques. Serait ce la mauvaise conscience de leur prise de conscience si tardive du danger du désastre climatique auquel notre monde est exposé dans un proche avenir ?

Sa renommée de philosophe contestataire monte évidemment à le tête de Michel Onfray. Le philosophe qui se dit aujoud'hui opposé à quasiment tout la décrit Greta Thunberg comme suit : "La jeune fille qui ne sourit jamais, comme Buster Keaton à qui elle ressemble tant", "Cette jeune fille arbore un visage de cyborg qui ignore l’émotion – ni sourire ni rire, ni étonnement ni stupéfaction, ni peine ni joie", "Elle fait songer à ces poupées en silicone qui annoncent la fin de l’humain et l’avènement du post-humain", "Elle a le visage, l’âge, le sexe et le corps d’un cyborg du troisième millénaire : son enveloppe est neutre. Elle est hélas ce vers quoi l’Homme va". (1)

Son discours devant l'Assemblée Nationale le mardi 23 juillet a fait que des voix s'élèvent au sein de l’hémicycle contre sa venue, ente autres Sébastien Chenu (RN), Julien Aubert (candidat à la présidence de LR), Guillaume Larrivé (LR) ou encore parmi d'autres Valérie Boyer (LR). (2)

Seront ils tous foncièrement climato-sceptiques ou jalousent il la notoriété de la jeune fille l’accusant d'être la victime de "lobbies verts" ou un prétendu "Greenbusiness" (?).

Après tout si Greta Thunberg par son action et du haut de ses 16 ans ne fait que clamer haut et fort aux jeunes de sa génération, de prendre en mai dès maintenant leur avenir, et contraindre leurs ainées de agir pour la planète.

MontbaZine (25-07-2019)