*
MontbaZine 2020








Ouvrir les écoles est possible

Martine, une lectrice assidue de MontbaZine nous envoie cette communication très intéressante de la "Société Française de Pédiatrie(1), destinée aux parents anxieux d'enfants de maternelle et de primaire.

Dès le 26 avril, la Société Française de Pédiatrie et les différentes Sociétés de Spécialitéspédiatriques prenaient fermement position pour un retourdes enfants dans leur établissement scolaire, y compris pour ceux ayant une maladie chronique (2).

Deux semaines plus tard, alors que le déconfinement progressif est lancé, il faut faire le constat des nombreuses difficultés àune réouverture pragmatique des classes,qui prenne en compte à la fois la nécessité de maintenir les mesures barrières essentielles,et la réalité de l’enfance, faite de spontanéité, de jeux, de rires et de pleurs. Ces blocages sont alimentés par des craintes souvent non basées sur des faits, et aboutissent à des organisations non réalistes, et potentiellement fortement anxiogènes pour les enfants.

Les enfants payent aujourd’hui un lourd tributà l’hypothèse initiale selon laquelle ils étaient le vecteur principal de la circulation du virus COVID-19, par analogie à d’autres virus. Nous savons aujourd’hui que ce n’est pas le cas, et que la quasi-totalité des enfants qui ont été infectés par le COVID-19 l’ont été au contactd’adultes. Retrouver ses camarades de jeux ne doit pas être considéré comme les exposant à des risques particuliers. Il est urgent de rappeler que des collectivités d’enfants, crèches ou classes, ont continué à exister pendant le confinement, notamment pour les enfants despersonnelssoignants. Aucune épidémie n’a été relevéedans ces groupes d’enfants, alors que la circulation virale était forte parmi les adultes.

Ouvrir les écoles est possible, car nous savons aujourd’huiqu’un enfant infecté par le COVID-19 développe très rarement des symptômes sévères. En France, les cas pédiatriques (0-14 ans) représentent 1% de l’ensemble des des cas symptomatiqueshospitalisés. A la date du 05 mai(données SI-VIC, Santé Publique France), moins de 100 enfants étaienthospitalisés pour une infection COVID-19 avec PCR positive, dont30 en réanimation. Deuxdécès ont été rapportés chez des enfants de moins de 15 ans, infectés par COVID-19. Actuellement, descas avec descomplications inflammatoirestardivessont décrits, et en cours de recensement, mais concernent un nombre limité d’enfants. Ces cas graves, tous douloureux pour les familles concernées,doivent être mis en perspective des complications sévères et des décès associés aux autres agents infectieux, virus ou bactéries, chez l’enfant.En 2016, 40 enfants de 1 à 14 ans sont ainsi décédés d’une maladie infectieuse (Insee).

Source et suite : Société Française de Pédiatrie