*
MontbaZine 2020
















"Demain, grâce à vous la justice française ne sera plus une justice qui tue. Demain, grâce à vous, il n'y aura plus, pour notre honte commune, d'exécutions furtives, à l'aube, sous le dais noir, dans les prisons françaises. Demain, les pages sanglantes de notre justice seront tournées."
                 Robert Badinter

  • Discours de R. Baditer en 1981

  •  

    Mais où et passé l'humanité ?

    Dustin Honken, 52 ans, prisonnier condamné à mort pour un quintuple meurtre commis il y a 27 ans, a été exécuté, vendredi 17 juillet, aux Etats-Unis. Il s'agit de la troisième exécution fédérale appliquée cette semaine, après la décision du gouvernement de Donald Trump de mettre fin à un moratoire vieux de 17 ans. Partisan de la peine capitale comme une majorité d'électeurs républicains, le président américain a décidé en 2019 de leur reprise (1).



    Au moment ou presque tous les pays du Monde condamnent l’application de la peine de mort et insistent à son abolition par traités internationaux, Donald Trump, lui, ne cesse d’appeler à un usage renforcé de la peine de mort, notamment pour les criminels et les tueurs. Il l’avait également réclamée après la tuerie dans une synagogue de Pittsburgh en octobre 2018 ayant fait 11 morts.

    Et c’est ainsi que cinq hommes condamnés par des jurys fédéraux, dans l’Indiana, pour avoir tué et parfois torturé et violé des enfants ou des personnes âgées et qui ont épuisé tous les recours légaux, seront donc exécutés par la nouvelle injection létale en décembre 2019 et janvier 2020.

    54% des Américains se disent favorables au retour de la peine de mort pour les meurtriers.

    Pour les politiques, 77% des Républicains estiment que la peine de mort est justifiée en cas de meurtre contre seulement 35% des Démocrates.

    MontbaZine (21-07-2020)