*
MontbaZine 2021

















Confinement, couvre feu, gestes barrières...
Pourquoi tout le monde commence à craquer ?


Des journées qui se suivent et se ressemblent, aseptisées de leurs plaisirs. Un avenir qui nous échappe. Une sortie de crise qui s’éloigne chaque fois qu’on croit s’en approcher, comme un mirage dans le désert. Un an après le début de la pandémie, la situation pèse sur beaucoup.

À se croire dans une chanson de Brel et cette pendule "qui ronronne au salon, qui dit oui qui dit non", qui dit couvre-feu, qui dit confinement. Vaccin un jour, variant le lendemain. Dans le tumulte, nous nous sommes débattus, mais un an après, nous voilà à attendre en faisant la planche. Une lassitude s’empare des Français.

Pourquoi cette impression de tous craquer au même moment ? Nous avons tenté d’analyser la situation avec une psychologue clermontoise qui a bien noté, dans son cabinet, des patients de plus en plus dans le dur.

Que constatez-vous dans votre cabinet ?
"Principalement, on voit des angoisses et des dépressions, mais ça peut aller jusqu’à des décompensations de pathologies psychiatriques. Il y avait un équilibre précaire qui se maintenait avec des moments de détente, comme d’aller voir la famille ou les amis les dimanches."

Pourquoi maintenant, et pas lors du premier confinement qui était plus violent ?
"Le premier était inédit, une surprise. Donc, les gens se sont adaptés, parce que c’est ce que l’être humain fait. C’était pour deux mois, point. On se disait qu’on allait se débrouiller. Là, ça traîne."


Source te suite : www.lamontagne.fr (06-02-2021)