*
MontbaZine 2021








La maison Darboussier en Gouadeloupe


Famille d'esclaves dans les établissements Darboussier.


Le travail des reclus à la sucrerie.

Archive photo Google

Un colon montbazinois fit fortune en Guadeloupe

Jean Darboussier, commerçant et contrebandier français, s'installe en Guadeloupe au cours du XVIIIe siècle, issu d'une vieille famille originaire de Montbazin, alors Arboussier. Il fait fortune dans le commerce, notamment avec les étrangers, et possède plusieurs maisons dont une à l'écart de la ville d'alors, sur le morne qui s'appellera "Morne Darboussier" et sera à l'origine de l'habitation agricole.

Dans les années 1860, l'industriel Jean-François Cail et Ernest Souques s'associent pour créer la Compagnie sucrière de la Pointe-à-Pitre (CSPAP). L'usine sucrière Darboussier est créée en 1867-18693 et les entrepôts Darboussier de marchandises sont construits sur les quais. À la mort de Cail en 1871, Souques, qui est déjà le gérant depuis la création, se retrouve seul à la direction de l'usine qui est alors le plus gros employeur de l'île. En 1880, l'habitation du directeur est construite à l'angle des rues Achille René-Boisneuf et Nozières à Pointe-à-Pitre, dont le bâtiment héberge le musée Saint-John-Perse depuis son inauguration en 1987.

L'usine va refléter la ségrégation qui comptait parmi les caractéristiques de la société créole. Traditionnellement, dans les anciennes colonies esclavagistes françaises, il existe une gradation de couleur, du plus sombre au plus clair. L'encadrement est réservé à des Blancs.

Le patronat s'organisait pour que l'argent des salaires ne quitte pas les lieux. Il y avait de nombreux commerces plus ou moins affiliés, et l'usine possédait alentour un parc immobilier. Elle pouvait fonctionner en "circuit fermé" : elle possédait ses propres champs, qu'elle mettait à disposition de ses employés en colonage — une forme de servage instaurée aux Antilles qui permettait au propriétaire d'exploiter à moindre coût ses terres, souvent les plus difficiles.

Source : Wikipedia