*
MontbaZine 2021


Survivalisme !



“La civilisation telle que nous la connaissons actuellement va s’effondrer dans les années à venir” : [selon un sondage IFOP pour la Fondation Jean-Jaurès], 65 % de Français sont d’accord avec cette affirmation. Et parmi eux, 100 000 à 150 000 personnes ont décidé de prendre les choses en main et de préparer leur survie pour faire face des menaces très diverses : catastrophe écologique, guerre raciale, guerre civile religieuse ou effondrement brutal de leur pays et d’autres pays d’Europe. C’est ce que l’on appelle le survivalisme, soit, selon les spécialistes “un mouvement d’individus ou de groupes sociaux qui se préparent à un événement potentiellement cataclysmique pouvant aller de l’épidémie à la guerre ou à la destruction écologique de la planète”.

Début juin, la Direction générale de la sécurité intérieure (DGSI) a ainsi transmis très officiellement au gouvernement français une note dont le message est simple et clair : des mouvances radicales du mouvement survivaliste ont commencé à étudier l’éventualité d’un passage à l’acte. Une mise en garde officielle nourrie par douze mois de suivi et de collecte de renseignements inquiétants, venus d’un peu partout en France.

Depuis dix ans dans l’Hexagone, le survivalisme a grandi et s’est ramifié : survivalisme “bien-pensant” qui s’organise pacifiquement, écologie radicale, qu’elle soit individuelle ou communautaire ou encore individus et courants apocalyptiques adeptes des armes, de formation militaire ou paramilitaire bien souvent, et proches de diverses mouvances d’extrême droite flirtant avec la violence.

Juan Pedro Quiñonero (Courrier International)