*
MontbaZine 2021













C'était Manitas de Plata

En 1921, Sète s’écrivait encore Cette et les faubourgs du port de commerce étaient occupés par des caravanes gitanes. Dans l’une d’elles est né, le 7 août, Ricardo Baliardo, un blondinet que le monde entier connaîtra sous le pseudonyme de Manitas de Plata – "petites mains d’argent", en espagnol. Un siècle plus tard, mêmes berges du canal du Rhône à Sète, à 200 mètres près : le terrain accueille désormais un conservatoire de musique flambant neuf, œuvre de l’architecte Rudy Ricciotti, baptisé en hommage à Manitas de Plata qui est décédé à Montpellier en 2014. Dans l’auditorium, un guitariste perpétue la rumba gitane de son illustre aîné : c’est Kema Baliardo, héritier de la virtuosité de son grand-père.

Samedi 7 août à Sète, où le fameux guitariste est né, la création "Petites Mains d’argent" réunissait une vingtaine de musiciens dont son petit-fils, Kema Baliardo, lui aussi virtuose de l’instrument. Un concert magique, à voir en replay sur Arte.

Devant une assiette de lasagnes, Kema Baliardo fait une pause entre deux répétitions de la création Petites Mains d’argent donnée le 7 août au Théâtre de la Mer, sublime décor des concerts sétois, pour commémorer le centenaire de Manitas. Pendant toute la semaine précédant la représentation, le quadragénaire a travaillé au conservatoire avec une vingtaine de musiciens internationaux, dirigés par la baguette du chef cubain Ernesto Burgos Osorio. "Quand j’étais gamin et que je voyais mon grand-père sur scène, je le badais, raconte le quadragénaire. Quand il commençait seul à la guitare, il m’impressionnait et je voulais faire comme lui. Il avait une façon très agressive de jouer, c’était un tueur. Plus tard, il m’a désigné comme son meilleur héritier et il disait souvent : 'Tu prendras ma relève.' Mais on ne prend pas la relève d’une légende comme ça.

Source : Télérama (18-08-2021)