*
MontbaZine 2022











Une tempête dans un verre d’eau ?

Mais quelle mouche a donc piqué certains montbazinois préoccupés jusque dans la démesure par cette affaire ? Une histoire d’eau, si j’essaie de comprendre le flux de ces débordements. Qu’on me pardonne, mais, pour ma part, j’en reste à ce que je connais, c’est à dire au roman "Histoire d’O", publié en 1954, écrit par Pauline Réage, sous le pseudonyme de Dominique Aury. le mien de pseudo, bien plus modeste, remonte à 2007, année qui me vit commencer la publication de mes fantaisies rédactionnelles sur Montbazine, évoluant vers des chroniques, regards humoristiques sur le ruisseau des actualités montbazinoises. Paroles de Brettus, mon double épistolaire à mes heures de rêverie facétieuse, simple anagramme de mon patronyme, que j’ai pris la précaution de présenter dans ces colonnes en des temps lointains. Car si la coquetterie des noircisseurs de papier leur fait parfois choisir un avatar (pour le dire comme les jeunes), il est une règle éthique qui oblige à ne pas se dissimuler quand on choisit de donner son opinion et surtout de critiquer son prochain.
Voilà, j’en reviens au sujet de cette intervention. J’ai appris qu’un courageux anonyme, que l’on fera semblant de croire masqué par peur du Covid, s’était permis par écrit de m’accuser nommément de protéger le totalitarisme régnant céans à Montbazin, rien que ça, pour ne pas avoir pataugé dans cette source de conflit citée dans l’article « désaccords au sein de la majorité municipale» dont l’origine ne paraît pas limpide. Grands dieux ! Si Brettus est étymologiquement un petit fils de Zeus (n’est pas Jupiter qui veut), il ne maîtrise que le feu de son poêle à granulés et n’est nullement capable de boucher une quelconque source à l’image de Manon des sources. Une tempête dans un verre d’eau ?

Yvon Stubert alias Brettus (06-12-2021)